Personnages Paysages

Personnages Paysages

Type : sculpture

Year: 2019

Avec les élèves de deux classes de Terminale bac professionnel option “Conduite et gestion d’une entreprise agricole” et “Maintenance des matériels agricoles”du lycée Gilbert Martin du Neubourg et Marion Dutoit, artiste

Pour le 1er volet du dispositif imaginé pour 3 ans, le lycée Gilbert Martin du Neubourg accueillait en résidence Marion Dutoit, paysagiste plasticienne, accompagnée de la photographe Karolina Samborska et du graphiste Léo Favier autour de « Personnages Paysages ».

Un dispositif pédagogique singulier

Ce projet, Alter-Echos, imaginé sur 3 ans, est co-porté par le Centre Photographique Rouen Normandie. C’est un triptyque, il propose des parcours artistiques et culturels pour permettre aux lycéens de découvrir et de prendre part à une démarche artistique.

Autour de la résidence de Marion Dutoit, les artistes et structures culturelles proposent des actions culturelles pour les élèves, envisagées comme des temps d’ouverture, de réflexion et d’expression.

Une démarche préparée

Avant la réalisation des objets, nous nous sommes rendus à Paris, au Musée du Quai Branly, au Louvre, et au Musée de la Chasse et de la Nature. Puis nous sommes allés à Rouen pour visiter l’Exposition Thorsten Brikmann du Centre photographique, et au Neubourg au Musée de l’Ecorché d’Anatomie.

Enfin nous avons visité, au sein du lycée agricole du Neubourg, l’exposition « Madame, c’est qui l’artiste ? 28 ans de résidence artistique au lycée du Neubourg et ce n’est pas fini…».

Nous avons aussi effectué des lectures de paysage avec le CAUE de l’Eure, nous nous sommes rendus à diérents spectacles (au Neubourg, Val de Reuil, Rouen, Paris). Marion Dutoit, l’artiste en résidence, est venue présenter son travail à toutes les classes du lycée, chaque classe a eu une présentation diérente, initiant ainsi des échanges entre classes. Tout ceci a en partie alimenté notre réflexion sur le territoire, l’identité, la représentation de soi et de l’autre…

Deux semaines artistiques pour les deux classes de Terminales bac professionnel et un grand feu de cuisson pour tous

Au Neubourg, nous travaillons la terre. Elle nous entoure. Sous nos pieds, entre nos mains mais aussi sur nos murs, la brique est très présente.

Marion Dutoit est venue avec presque une tonne de terre. De cette terre, les élèves ont fait émerger des masques, des bâtiments agricoles formant un totem, des pièces démesurées de mécanique agricole formant une taupinière. De notre implication individuelle, nous proposons des oeuvres collectives.

Travailler la terre, c’est prendre des risques. Tout peut si vite s’écrouler, se fendre, exploser. Composer avec ce risque rend plus humble mais aussi plus riche de ce vivre ensemble concrétisé par ce grand feu inspiré d’un rituel malien où tous les apprenants du site ont pu suivre la cuisson à la nuit tombée. Moment magique, le résultat est proche de celui d’une fouille archéologique.

Marion Dutoit a passé plusieurs semaines sur le lycée, a observé, écouté, dessiné. Elle nous a accompagnés à la traite, en sortie culturelle, au poulailler…

Aux travaux des élèves répond celui de Marion Dutoit qui a imaginé un système agricole en terre avec enchaînement de volumes. Les bâtiments deviennent hybrides, greés; des courroies et autres pièces sont décimées dans l’espace, des gouttes de lait jaillissent des murs du lycée et les indésirables trouvent leur place (renards, corneilles, souris sont mis.e.s en situation par Karolina Samborska dans les champs, aux poulaillers de l’exploitation agricole du lycée). A cela s’ajoutent des esquisses et des dessins à l’encre de Chine.

Cette résidence est en partie relatée dans un journal réalisé avec une classe de 1ere STAV et Léo Favier et par une exposition au lycée jusqu’au 8 juillet 2019. L’entrée est libre ou guidée et toujours gratuite. Nous avons d’ores et déjà accueilli plusieurs centaines d’élèves, d’adultes…

Ce travail sera ensuite en partie présenté au Jardin des plantes de Rouen du 12 juillet au 11 août 2019 puis au Musée d’Evreux à l’occasion des Journées du Patrimoine. La taupinière sera en dépôt au musée d’Evreux sur une plus longue période.

L’année suivante, le second volet du triptyque porte sur le «Beau travail» alimentation et paysage, avec le photographe Sylvain Gouraud.

Leave a Reply

Your email address will not be published.